Franck Boissieux /// Festival Magic Bus

Franck Boissieux :

« Fondé il y a 17 ans, le festival Magic Bus se déroule depuis 4 ans sur l’esplanade, aux portes de Grenoble et au pied de la Bastille, lieu connu des locaux pour sa foire et ces grandes manifestations. Une scène est montée en plein air où s’enchaînent des groupes d’horizons différentes qui nous permettent de faire un beau voyage. Non loin, un chapiteau dancefloor permet de garder l’ambiance le temps que les groupes se mettent en place sur la grande scène. Des buvettes, des jeux, le tout dans une décoration décalée qui donne une ambiance bonne enfant où toutes les générations se côtoient. C’est sur, l’année prochaine je reviendrai avec mon carnet !

Je suis arrivé à la fin de Ma Pauvre Lucette ou « MPL » (et non Ma petite Lucette comme j’ai écrit sur mon dessin). Ce groupe a des origines grenobloise, et le peu que j’ai vu écouter et pu croquer m’a fait regretter d’être arrivé en retard ! Très dynamiques, ils puisent leur musique dans pleins d’univers. Ensuite sont montés sur scène les Kumbia Boruka, originaire de Lyon et de Monterey (Mexique), un savant mélange de cumbia (musique d’Amérique du Sud), de Reggae et même de rock. Je les avais déjà croisés et croqués à Ornacieux, au café du Moulin, l’année dernière, où j’ai eu la chance de discuter avec eux. Un véritable coup de cœur ! Après, Bonga a fait le show. Je ne connaissais pas et je n’ai pas été déçu. Ce chanteur Angolais au passé riche de son histoire nous a amenés dans son univers. Ce que j’ai aimé, mise à part sa musique, c’est qu’il nomme le public ses « enfants ». Pour finir Sergent Garcia est monté sur scène. Personnellement je ne connaissais que de nom, alors qu’il fête ses 20 ans de carrière ! Sa musique très fraiche se savoure comme un délicieux cocktail où dans le shaker se bousculent Salsa, Reggae et électro.

Je m’étais installé sur la gauche de la scène, un peu en retrait mais assez près, calé contre un bloc de béton qui me servait de petite table. Ce qui m’a frappé c’est que les gens venaient me voir. Certains sont même venu plusieurs fois dans la soirée pour observer l’évolution des dessins et entamer des discussions. Comme quoi un art qui, de prime abord, est un travail solitaire arrive à amener l’échange et la rencontre. Les réactions sont comme les concert en Live ! »

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s