Nicolas Barberon /// Diane Sorel – Wladimir Anselme

Qui a donné l’alerte ? Qui a sonné le tocsin ? Wladimir Anselme est revenu ! comme un fils prodigue sans repentance, la tête haute, faire une esclandre au studio de l’Ermitage.
Bien entouré, sur scène et dans la salle, Dylan, Veloso, Bertin et Belin l’écoutaient sagement assis sur les côtés. Ils avaient le sourire aux lèvres et la larme à l’œil au même instant.

Peu importe le temps à Wladimir Anselme, il en sort un tous les 7 ans.
Il fête la sortie de son nouvel album, L’Esclandre (sur le très beau nouveau Label, Le Furieux) entouré de ses amis, Csaba Palotai aux guitares, Boris Boublil à la basse et aux claviers et Marion Grandjean à la batterie. Et Diane Sorel en ouverture. Et voilà.

– Texte : Thomas Gabison – Croquis : Nicolas Barberon et un de Thomas Gabison.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s