Robin Jolly – Nicolas Barberon – Olivier Martin /// Hellfest 2018. Journée de samedi

Après une incroyable première journée (et une courte première nuit) : retour en enfer !

Arrivés sur place, repas et retrouvailles à l’espace VIP. Le premier concert de la journée sera L7 sur la Mainstage, excellent mélange de heavy, grunge et punk-rock mené par une formation essentiellement féminine. Idéal pour se chauffer les crayons.

Peu emballée par la programmation de la journée, l’équipe décide ensuite de se scinder pour chercher l’inspiration et couvrir plus de terrain. Un petit tour du côté de la Hell City, ses stands de merch et autres animations permet de se reposer les oreilles et de se nourrir d’une autre ambiance festivalière.

On n’oublie pas la musique pour autant, tentant quelques découvertes dans l’après-midi. Olivier est séduit par la prestation onirique des danois de Heilung, inspirée des rituels de leurs ancêtres païens, tandis que Nicolas et moi profitons, à l’ombre de de la scène Valley, du hip-hop sombre de Dälek. Puis, alors que nous tentons une mission Warzone pour voir le punk hardcore de Terror, Olivier nous relaie dans la Valley pour le hardcore sauvage de Ho99o9

20h. Pour Olivier, c’est l’heure du show de Body Count et de ses inexplicables problèmes de son : Ice-T refroidit tout le monde, mais pas pour les bonnes raisons… À l’inverse, Nicolas et moi prenons le feu dans la fosse devant le stoner metal de Orange Goblin, probablement l’un des concerts les plus éprouvants du week end !

Resté en place, Olivier profite des concerts suivants sur les Mainstage, deux têtes d’affiche au parfum de lycée : Deftones et Limp Bizkit.

Repliés à l’espace VIP, Nicolas et moi nous autorisons une petit parenthèse footballistique (coupe du monde oblige) pour le match opposant l’Allemagne à la Suède, retransmis sur grand écran avec Jonathan Davis en fond sonore. Et le jeu prend une toute autre dimension !

C’est sur cette victoire improbable de l’Allemagne (qui ne présagera pas la suite de leur destin) que nous retrouvons Olivier pour le show explosif de Mike Patton et sa formation Dead Cross.

Il est temps de rentrer scanner cette deuxième journée, des étoiles dans les yeux et des coups de soleil sur le bout du nez.

– Texte : Robin Jolly /// Croquis : Nicolas BarberonOlivier Martin

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s