Nicolas Barberon – Olivier Martin /// Hellfest 2017

Croque And Roll Live ! au Hellfest 2017 : les dessins inédits !
Les 15, 16 et 17 juin dernier, une partie de l’équipe de Croque And Roll Live ! s’est rendue à Clisson pour le Hellfest, le plus grand festival de musique metal d’Europe !

Avec le soutien du journal Le Monde, Nicolas Barberon et Olivier Martin ont réalisé un véritable reportage dessiné en terres du metal, dont vous pouvez retrouver l’essentiel des croquis ici !

Seulement, limités à 30 dessins pour les 3 jours de festival, il a nécessairement fallu faire un tri… Une gageure tant nos croque’n’rollers furent électrisés par la puissance de l’événement.

Ceux qui sont déjà allés au Hellfest le savent : qu’il s’agisse des shows, du décor, du public, il se dégage des lieux une énergie incroyable qui sollicite vos yeux et vos oreilles sans arrêt. Ajoutez à ça un soleil et une chaleur de plomb et vous obtenez deux croqueurs comme en état de transe, scrutant les moindres détails et remplissant fiévreusement leurs carnets de dizaines de croquis.

Alors, comme on s’est dit qu’il était dommage de n’en montrer qu’une partie, on vous propose en exclu sur Croque And Roll Live ! les dessins non retenus pour Le Monde !

Au programme, barbe, gros son, maquillage et cheveux longs avec, dans l’ordre d’apparition durant les trois jours : Les Haut-Savoyards Deathcode Society, les punks celtiques bretons, Les Ramoneurs de Menhirs, les dieux du Riff, Deep Purple, les black metaleux canadiens, Monarque, les délirants Ultra Vomit, les très étranges Igorrr, les très sexuels Steel Panther, les antisociaux Trust, les Australiens Airbourne, les très rares et géniaux Primus et les révoltés Prophets of Rage !
Quant aux américains d’Aerosmith, groupe formé en 1970, ils faisaient leur tournée d’adieu, tout au moins en Europe, sous l’œil ému de leur plus grand fan, Olivier Martin…

Enjoy motherfuckers !

– Robin Jolly –

 

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Croque and Roll Live au Hellfest 2017 !

Soleil de plomb, poussière, gros son, petits seins et (beaucoup) de houblon : 3 jours d’immersion au coeur d’un des plus grands festival de métal/Hard Rock d’Europe.

A l’affiche cette année : Deep Purple, Steel Panther, Trust, Airbourne, Aerosmith… et bien d’autres !

Un reportage dessiné à retrouver sur le site du quotidien Le Monde.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

France Dumas /// Rendez-vous d’ailleurs : Rodolphe Burger

Aussi bien salué pour son talent de compositeur que pour ses éclectiques collaborations artistiques, Rodolphe Burger est resté fidèle à sa réputation pour son dernier concert au Rendez-vous d’ailleurs.

Cette très belle salle du 20e arrondissement de Paris accueillait le chanteur-guitariste alsacien au sein d’une formation composée de Laurent Valéro, poly-instrumentiste et co-animateur de Easy Tempo sur France Musique, Scott Taylor, accordéoniste américain vivant à Paris, et John Greaves, célèbre musicien et poète gallois.

Transportée par la magie du concert et du lieu – qui n’a jamais aussi bien porté son nom –, l’illustratrice et graveur France Dumas a capté cet instant pour nous, carnets et crayons en mains.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Michel Lauricella /// Les Enfants d’Icare

Michel Lauricella, auteur du best-seller Morpho, anatomie artistique aux éditions Eyrolles, enseignant et artiste de renom, était au Montreuil Jazz Fest le 28 avril dernier !
Il en a profité pour immortaliser en croquis la prestation des Enfants d’Icare, quatuor à cordes mené par Boris Lamerand.

On ne résiste pas au plaisir de partager avec vous ces dessins au crayon, à la fois simples, aériens et d’une grande maîtrise – comme un bon standard de jazz.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

France Dumas /// Aka Unit

Aka Unit, formation de jazz aux accents pop, rock, funk, parfois même mâtinée d’influences classiques se produisait au Sunset (Paris) pour fêter la sortie de leur album Anticomptine.

France Dumas, graveur, illustratrice et enseignante (entre autre), tapie dans l’ombre, a croqué ce « super concert » et ses 5 musiciens : Jean-Yves Gendrillard au Sax ténor, Akim Karboua à la guitare, Mathias Berger Forestier au piano, Florent Allirot à la contrebasse et Gabriel Ferrari à la batterie.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nicolas Barberon /// Car Bomb – Gojira

Les 1er et 2 avril 2017, le sol de l’Olympia a frémi au son du métal extrême !
Gojira, groupe superstar de la discipline nommé deux fois aux Grammy l’année dernière, était venu conclure sa tournée européenne pour une série de deux dates dans la mythique salle parisienne.
Grâce à nos partenaires de Oüi FM, Nicolas Barberon et votre serviteur ont pu assister au spectacle du samedi 1er avril.

Ce jour-là, c’est Car Bomb, formation américaine de Long Island, qui ouvrait le bal avec une prestation obscure mêlant punk hardcore, metal dissonant et math rock complexe. Une première partie pour les puristes et pas forcément très accessible, mais qui permettait au moins de vérifier si les bouchons d’oreilles fonctionnaient bien !

Après une pause d’une vingtaine de minutes pour nourrir l’impatience fébrile du public, les frangins Duplantier et leurs acolytes sont entrés sur scène, accueillis par une trombe d’applaudissements et de hurlements.
Aériens, énervés, les deux morceaux d’ouverture ont rapidement donné le ton de la tracklist : une alternance habile entre le death lourd des premiers albums et le prog plus planant de l’excellent Magma, sorti l’année dernière.
En arrière-plan, projection de films naturalistes ou psychés propres à l’univers écolo-spirituel du groupe ; dans la salle, « l’autre » spectacle : des fans survoltés se jetant les uns contre les autres dans une ambiance de feu comme l’Olympia a rarement dû en voir.
Le tout porté par la maîtrise implacable des musiciens, double-pédale et riffs furieux en rafale. Des artistes au sommet de leur art montrant qu’ils ont su rester humbles, avec ces jolis mots à l’égard de leur public laissant percevoir un enthousiasme et une sincérité encore intactes – ce qui se ressent évidemment dans leur musique.

Samedi soir, l’Olympia a tremblé. L’Olympia a vibré.
Et nous aussi.

– Robin Jolly –

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nicolas Barberon – Olivier Martin /// Tinariwen

Hier soir, Tinariwen, groupe phare du blues touareg, donnait le dernier concert d’une série de trois dates à la Maroquinerie de Paris, auquel assistaient nos croqueurs Nicolas Barberon et Olivier Martin.
Pour tranquillement terminer sa bière de chauffe, une première partie solide : The Wanton Bishops, un chanteur (et excellent harmoniciste) à la voix puissante et rocailleuse héritée de John Kay, livrant avec ses acolytes une prestation de blues rock très brut, sans surprise mais ma foi loin d’être désagréable.

Puis le vif du sujet…
Dès l’ouverture du premier morceau (Ténéré Tàqqàl, issu de leur dernier album Elwan), les musiciens bédouins téléportent de leur transe mélancolique le public parisien en plein Sahara. Car assister à un concert de Tinariwen, c’est avant tout voyager : visuellement d’abord, les artistes ornant comme à leur habitude leurs magnifiques tuniques traditionnelles ; musicalement surtout, leurs instruments laissant échapper ces sonorités envoûtantes et entraînantes où dialoguent blues africain et musique orientale.

Une spectacle d’une beauté sauvage et poétique, à l’image de leur désert natal.

– Robin Jolly –

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire