N. Barberon – R. Jolly /// Some Smoking Guys – Louis Arlette – Fabulous Sheep

14 février, Paris, La Boule Noire.

En cette Saint-Valentin, Louis Arlette, ingénieur du son du célèbre groupe de frenchtouch Air, conviait Some Smoking Guys et Fabulous Sheep pour un plan à 3.

En entrée, pour se mettre en jambes : rock indé aux accents grunge et Britpop avec les ténébreux Some Smoking Guys.
Un set d’une belle intensité avec un chanteur au flegme tout britannique, un guitariste et un bassiste qui ne manquent pas de groove et un clavier (ce qui fait toujours plaisir) qui annonce le meilleur pour la suite.
Nicolas, pris en flagrant délit de Croque And Roll Live !, est directement repéré par la copine du chanteur dans le public qui nous demande où elle peut voir les croquis de son cher et tendre.

Pour le plat de résistance : mélange de rock, pop, électro et chanson française avec la star de la soirée, évidemment.
Louis Arlette, qu’on avait déjà croqué en décembre dernier, nous confesse que c’est son premier concert depuis la sortie de l’excellent Sourire carnivore. Un album au nom équivoque et qui en résume assez bien l’esprit : un univers fait de joie et d’amertume, d’intensité et de noirceur, qui évoque la mort, la tristesse ou la mélancolie, mais sur des riffs et des beats qui font secouer la tête.
Et un concert à l’avenant, qui s’autorise même une version malmenée d’un morceau méconnu de Brel : Je suis un soir d’été.
Fin du set et l’artiste nous quitte, nous laissant comme à la dérive…

Enfin, pour se remettre de ses émotions, un dessert explosif avec Fabulous Sheep !
Du post punk qui dénote pas mal avec l’énergie sombre d’Arlette, mais qui retourne la Boule noire, ballottée comme dans une partie de Motus.
Parce qu’avec eux, les p’tits gars de Béziers semblent avoir traîné une bande de locaux excités qui, entre 2 pogos, les gratifient d’une série de punchlines bien senties type « s’accorder, c’est tricher ! »
Pas mal impressionné par ce déluge d’énergie non feinte, on est même carrément secoué par Kills Me Slowly, morceau plus bluesy et véritable tube en puissance.

1 salle, 3 ambiances.

C’est ainsi qu’on aurait pu résumer cette soirée organisée par La Grosse Radio (qu’on remercie au passage !), rythmée par l’intégrale de Jimi Hendrix passée à plein tube entre les sets.
Ce qui ne pouvait augurer que le meilleur.

textes : Robin Jolly – croquis : Nicolas Barberon

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Emmanuel Saint /// Thee Michelle Gun Elephant

À Croque And Roll Live, on a l’habitude de vous présenter des dessins réalisés à chaud, des derniers concerts en date.

Mais, de temps en temps, il est aussi bon d’exhumer les souvenirs dessinés des cartons… Surtout quand ils sont de le trempe de ceux d’Emmanuel Saint et du groupe Thee Michelle Gun Elephant !
Ces esquisses ont été réalisées sur le vif lors d’un concert au Divan du monde, entre 1999 et 2003 (l’auteur ne se souvient plus très bien…), où Philippe Manœuvre était dans la salle.
Emmanuel s’est même fendu d’un grand dessin à l’encre réalisé à partir des croquis !
Même s’ils n’ont plus vraiment de lien avec l’actualité musicale, ses dessins ont tellement su capter l’instant qu’on a l’impression qu’ils datent d’hier.

Un témoignage graphique, musical et « patrimonial » que l’on est ravi de vous présenter aujourd’hui, comme preuve de l’esprit intemporel du Croque And Roll Live !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Portfolio de croquis live de Ben.Bert

La grande famille du Croque and Roll est fière d’accueillir un nouvel artiste de talent : Ben.Bert !
Illustrateur freelance de la région grenobloise, il collabore régulièrement avec la presse spécialisée dans le sport outdoor (Trekmag, Grimpermag, Ski ou Grands Reportages).
Mais lorsqu’il quitte son bureau, il troque ordinateur et tablette graphique pour un carnet et croque le quotidien à la recherche de matière susceptible de nourrir son inspiration : immeubles, arbres, voitures, individus et bien sûr… musique !
Rendez-vous mensuels au club de jazz, apéros musicaux, concerts… tous les croquis que vous allez voir ont été réalisés en live, dans le noir, debout, dans la fosse… bref, du concentré de vécu dans le plus pur esprit Croque and Roll Live !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Marielle Durand /// BUS (Big Ukulélé Syndicate)

Marielle Durand :

« Le week-end dernier, j’étais invitée à dessiner pour l’événement Paysage > Paysages, organisé par le département de l’Isère sur une proposition artistique de Laboratoire.

Ben Bert et Sidonie Macquart, respectivement illustrateur, architecte et urban sketchers résidant à Grenoble, en profitent pour m’embarquer dans la nuit noire et humide de ce samedi 20 janvier 2018 pour une virée dans les bas-fonds de Saint-Martin-d’Hères, au beau milieu d’immeubles pour le moins accueillants jusqu’au seul lieu éclairé et flambant neuf : l’espace culturel René Proby où se tient le concert de résidence du Big Ukulélé Syndicate, le « B.U.S » !

Un peu en retard, on se trouve néanmoins une petite place proche de la scène pour apprécier le grand show de cette imposante formation dirigée par Erwan Flageul, une dizaine de joyeux personnages en chemises à carreaux, bérets et salopettes de travail, sans compter LA diva au décolleté plus que plongeant.

Entre musique country, rock, jazz, brésilienne, elles sont fortes et poétiques ces reprises de Roxanne, Oye como va, Killing in the name of, résonnant aujourd’hui avec un sens bien plus chargé qu’à mes 15 ans… Un vrai régal pour les oreilles et les yeux malgré l’obscurité (damned, j’ai oublié ma lampe !)!

Certaines personnes du public, jeunes et moins jeunes, sont invitées à monter sur scène. Dans le cadre de leur résidence, ils ont répété ensemble au conservatoire. Les parents comme les amis hurlent de fierté.

Une femme me dit « Ah c’est super ce que vous faites. Vous allez leur donner vos dessins après le concert ? Non ? Pourquoi non ? Il faut leur donner, ça leur ferait  teeeellement plaisir !! » J’ai envie de lui répondre : « Et votre t-shirt, il est joli aussi, vous devriez leur donner, ça leur ferait teeeellement plaisir ! » Mais je la laisse à ses photos floues et je récupère mon carnet.

Si je n’avais pas autant d’ennuis à ma main droite, je passerai certainement quelques soirées à tenter de gratter sur ces jolies petites guitares de poche ! Comme c’est trop risqué, je les dessine et me grise de ces sons hawaïens qui m’emmènent en voyage en plein hiver. »

Pour plus d’infos sur eux :
BUS
ou
https://cieintermezzo.com/
https://www.facebook.com/The-Big-Ukul%C3%A9l%C3%A9-Syndicate-le-BUS-480914805293636/

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Live. Jazzconcerten op papier /// Pieter Fannes – Yann Bagot

Dans le cadre du Brussels Jazz Festival 2018, Pieter Fannes, habitué de Croque And Roll Live, a publié un livre de croquis en compagnie de Yann Bagot.

Il s’agit d’un recueil de dessins, sur le thème du Jazz évidemment, réalisés par les deux artistes au fil de concerts, mettant face à face leurs deux styles, sur des textes du philosophe anglais Gary Peters (Improvising improvisation) et des spécialistes de jazz belges Guy Peters et Georges Tonla-Briquet.

Un bien bel ouvrage que l’on vous recommande chaudement chez Croque And Roll Live et qui prouve, comme nous avons à cœur de le montrer sur ce site, que la musique s’écoute mais peut aussi se voir.

Pour en savoir plus : https://www.flagey.be/fr/activity/4354-live-jazzconcerten-op-papier

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Robin Jolly – Nicolas Barberon /// Sukoï Fever

Mercredi 3 janvier 2018.

21h. Arrivée au Silencio.
Ce club parisien du 2ème arrondissement à l’univers onirique conçu par David Lynch aime cultiver sa part de mystère. Et il porte bien son nom.
C’est à peine si on entend la voix du type à l’entrée qui nous demande nos noms. Puis on descend 3 étages d’un escalier, moquette noire et photos conceptuelles aux murs, dans un calme vaporeux.
On s’attendait à voir un nain danser ou une femme caresser une bûche, mais arrivés en bas c’est Patrice Mancino qui nous accueille.

Pour fêter les dix ans de son label Quixotemusic, il a décidé de bousculer le public de ce lieu très huppé au son de Sukoï Fever, du power rock’n’roll venu tout droit d’Orléans.
En attendant, on boit ses paroles (toujours plus abordables que le mojito local à 15 balles) sur l’histoire de son petit label, les difficultés d’être indépendant, de s’adapter aux modèles économiques d’aujourd’hui, et surtout comment il arrive à gérer ça tout seul grâce à la passion, ce « sale virus » comme il dit, qu’il a en lui depuis toujours.
La discussion se termine, et la lumière s’éteint. C’est vrai qu’on n’est pas venu ici pour tailler le bout de gras.

Sukoï Fever monte sur scène et, tout à coup, le Silencio devient beaucoup plus bruyant.

Du rock intense pour un show réjouissant qui doit tout de même beaucoup à la présence scénique du chanteur, danseur professionnel qui régale de son jeu théâtral et dandyesque « so british » – jusque dans les morceaux qu’il lance dans la langue de Shakespeare.
Bien que le groupe dit jouer ensemble « depuis le siècle dernier », le feu qui les anime reste intact. Et le concert qui devait durer 45 minutes finit après un peu plus d’une heure.
Peut-être est-ce à cause du lieu, ou parce qu’on lui a dit 20 fois qu’il était « très gentil », mais le public reste assez sage face à cette démonstration d’énergie…

Dommage, car Sukoï Fever méritait que ce soit un peu plus la fièvre.

– Texte : Robin Jolly – Croquis : Nicolas Barberon –

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Louis Arlette /// Nicolas Barberon – Olivier Martin

Portés par le vent glacé de l’hiver, Nicolas Barberon et Olivier Martin ont trouvé refuge au studio Atlas (le studio d’enregistrement du groupe Air) pour assister à un show case de Louis Arlette, dans une ambiance feutrée et chaleureuse.

Avant de monter sur le devant de la scène, ce jeune artiste a travaillé sur divers projets, ici-même comme ingénieur du son pour le célèbre groupe électro de Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel (sur les albums « Love 2 », « Le Voyage dans le Lune »…) ou dans le monde de la mode, notamment aux côtés de Jean-Paul Goude.

C’est tout naturellement dans ce lieu qu’il connaît bien que le jeune chanteur français aux influences éclectiques (Nine Inch Nail, The Cure, Depeche Mode, Radiohead, Indochine, Étienne Daho, Taxi Girl, Brel, Brassens, Gainsbourg…) avait donc donné rendez-vous à des professionnels du monde de la musique pour jouer quelques titres de son premier album « Sourire carnivore » (sortie prévue en février 2018). On y découvre un univers sensible, sombre et inspiré, porté par une formation électro-rock solide.

Louis Arlette, un artiste à découvrir dès maintenant avec nos croquis et très prochainement dans les bacs, et en live à la Boule Noire le 14 février 2018 !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire